Ordinaires ] Exceptionnels ] Luttes Théologiques ] Protestants ] Classique ]

[Accueil] [Remonter]

Chronique du

Pasteur BESSON

Un Père de l'Eglise jurassienne

Le jeudi 26 avril 1906, une foule d'ecclésiastiques jurassiens de parents, d'amis et de connaissance accompagne au cimetière de Bienne la dépouille mortelle du pasteur Alphonse Besson. Au cours de la cérémonie funèbre, présidée par le pasteur Samuel Gétaz père, des témoignages émus évoquent la belle personnalité du défunt, que l'on peut, à juste titre, appeler un Père de l'Eglise protestante jurassienne. Fils du pasteur Philippe-Henri Besson, Alphonse est né le 23 juillet 1836 à la cure de Renan. Il étudie la théologie à Neuchâtel, Erlangen et Genève. Consacré au saint ministère par le professeur Frédéric Godet de Neuchâtel en 1859, il entre dans la vie pratique en acceptant une suffragance à Dombresson, puis devient pasteur intérimaire à Porrentruy, ensuite diacre du Jura de 1860 à1861 et pasteur de Tavannes de 1861 à 1901. Il se retire à Bienne et passe ses dernières années à s'occuper de la section de la Croix-Bleue de cette cité : c'est que la lutte contre l'alcoolisme fut toujours sa préoccupation majeure. Pasteur dans l'âme, Alphonse Besson se donne sans compter à ses paroissiens, les visitant sans cesse, participant à leurs joies comme à leurs peines, et cela dans une communauté étendue de sept villages. Jurassien dans l'âme, il connaît l'histoire et les besoins de son pays et suit avec intérêt la naissance et le développement de l'industrie dans sa paroisse. Homme plein de sagesse et de prudence, il peine à admettre une idée nouvelle, mais quand il en a constaté la justesse, il l'adopte et lui demeure fidèle. De sa cure il fait une demeure accueillante et les nombreux hôtes de son presbytère n'ont jamais oublié le sourire bienveillant de ce vaillant que la maladie n'abattit point, sa parole sage teintée d'humour, sa conversation toujours instructive, la large hospitalité de son foyer.

Pasteur de l'Eglise nationale évangélique réformée bernoise, il participe activement à sa vie en remplissant avec fidélité et sagacité pendant de nombreuses années sa tâche de député au Synode ecclésiastique cantonal, ses fonctions de vice - doyen de la Classe pastorale du Jura protestant, de président de la Société des pasteurs jurassiens, de membre de la société des protestants disséminés au développement de laquelle il collabore avec zèle et vaillance. Amené à une vie religieuse personnelle, à la suite d'une foi vraie conversion, il est convaincu que la forme supérieure de la foi chrétienne est et ne peut être que la piété évangélique. Dans ce but, il crée et développe la société évangélique du Jura, qui joue au siècle passé un rôle utile dans la défense des affirmations chrétiennes contre les négations et les tendances desséchantes du rationalisme triomphant.

Pasteur à l'esprit large et tolérant, Alphonse Besson a découvert dans les Eglises et communautés autres que celle dont il est le serviteur des éléments de valeur ; aussi travaille-t-il à créer et à maintenir un esprit de bonne harmonie entre elles toutes, dans l'esprit de l'Alliance évangélique, si bien que son attitude irénique lui vaut de la part de ses collègues le surnom affectueux de Saint - Jean.

A une époque où la presse protestante fait son apparition et se développe, Alphonse Besson voit en elle un moyen fécond d'action évangélique, aussi publie-t-il avec régularité dans le journal "l'Union jurassienne", puis dans son successeur, "Le Libérateur", de nombreux articles et des méditations religieuses typiques.

Ecclésiastique connu en Suisse romande, il n'est pas étonnant que ses collègues de langue française lui confient le soin de renseigner les protestants neuchâtelois, vaudois et genevois sur l'état de la vie spirituelle, les manifestations religieuses, les luttes, les défaites et les victoires du protestantisme dans nos vallées. Cela nous vaut de posséder une série d'articles fort intéressants parus dans le "Journal religieux du canton de Neuchâtel et du Jura bernois" de 1860 à 1870 et la parution régulière de "Chroniques jurassiennes" publiées de 1875 à 1893 dans la revue "Les Etrennes religieuses", l'organe du protestantisme de tendance évangélique de Suisse romande dans la seconde moitié du siècle passé. A côté des documents officiels, ces chroniques jurassiennes du pasteur Besson constituent une source historique de valeur, qui nous permet de mieux comprendre les événements religieux de cette époque et surtout de faire connaissance intime avec les préoccupations et les réactions des ecclésiastiques de tendance évangélique face aux événements tumultueux de cette période mouvementée. Il nous a paru utile de tirer de l'oubli ces documents historiques.

© Famille Fesselet 2001  Dernière révision : 11 août,2011