[ Célébrités ][ Économie&Sociétée ][ Équipement ][ Historique ][ Histoire ][ Sources ]

[ Toponymie ][ Voies &Communications ]

[ Accueil] [´Remonter]

Historique

Le Russey est construit à 875 m d’altitude (à la mairie) sur un plateau oblong du jurassique supérieur, à égale distance de la vallée du Doubs qui dessine la frontière franco - suisse et d’une grande faille qui s’étend de Grandfontaine à Plaimbois-du-Miroir. Le territoire communal est cerné de collines boisées, de " joux " dont quelques-unes dépassent l’altitude de 1.000 mètres. Il possède de nombreux entonnoirs et dolines dans le Portlandien et le Virgulien, au sud-ouest et au nord-ouest. Une grotte - goule dite "  le Creux du Moulin du Bois ", creusée dans le Néocomien, a probablement servi de refuge au 17ème siècle. A la limite du Ptérocérien et de l’Astartien se trouve une glacière naturelle au lieu-dit " le Bois Claude ". Des tourbières dont l’exploitation se poursuivait encore au début du 20ème siècle jalonnent la partie orientale de la commune. Les eaux en sont absorbées dans le Portlandien, près de la route de Grand-Combe-des-Bois.

L’habitat de cette commune est caractérisé par une agglomération centrée autour d’une vaste place publique traversée par la route qui mène de Pontarlier à Montbéliard. Un urbanisme bien conduit à la fin du 19ème et au 20ème siècle a mis en place un réseau de rues et de trottoirs qui rayonnent à partir de l’hôtel de ville sommé d’un clocheton, d’un monument religieux qui ressemble plus à une cathédrale qu’à une église villageoise (avec son imposant portail, ses dix-neuf grandes fenêtres néo-gothiques et sa flèche de 58 mètres) et de la statue de Dominique Parrenin perchée en haut d’une colonne de pierre.

Mais, caractéristique des Montagnes du Doubs, l’habitat comprend aussi de très nombreuses fermes disséminées dans les prairies et les forêts de résineux. La plupart ont été construites au 17ème et 18ème siècles et quelques-unes sont encore coiffées de leur tué. Leurs lambrechures dessinent parfois des archivoltes élégantes dont le tracé s’harmonise avec l’architecture de ces maisons de montagnons, si bien adaptées à la rigueur du climat.

© Famille Fesselet 2001 Dernière révision : 11 août,2011