[Accueil][Retour]

Le Mouvement Séparatiste de 1947

A la fin du 19ème siècle ont lieu de violentes luttes da partis en vue d’une nouvelle révision de la Cst. Cantonale qui, en 1893, rencontra l’opposition du Jura. A ceci s’ajoutèrent les courants divergents d’alors entre Suisse alémaniques et romands. Les mouvements trouvèrent, lors de la 1ère guerre mondiale, leur expression, entre autres, dans les sympathies opposées de la Suisse alémanique et de la Suisse romande à l’égard des belligérants.

D’autre part, le changement d’appellation des communes d’Elay et de la Scheulte (dans le district de Moutier) souleva une vive indignation parmi la population romande du Jura, bien que ce changement ait été fait à la demande express des habitants de ces 2 communes. Tous ces facteurs, et plus particulièrement le conflit entrer un plébiscite jurassien et les troupes d’occupation des frontières dans le Jura nord, contribuèrent à alimenter un certain mécontentement qui aboutit, durant la 1ère guerre mondiale, à la création d’une première organisation séparatiste, l’argumentation de ses porte-paroles ( aussi bien dans la presse que plus tard au Grand Conseil du canton de BE et au Conseil national) s’avéra toutefois peu convaincante, si bien que le mouvement disparut après une brève campagne d’information.

Sa Formation

Cependant, en 1947, des divergences s’élevèrent au sein du Grand Conseil à propos de l’attribution de la Direction des travaux publics et des chemins de fer. Contrairement à la proposition du gouvernement, le Gd. Conseil en 2 votations (à de faibles majorités ) pour l’attribution de cette direction au Conseiller d’Etat nouvellement élu Brawand. LA minorité s’était prononcée en faveur du C. d’Etat G. Moekli. Cette décision souleva des protestations dans le Jura. Les 2 et 13 octobre 1947 se constitua un comité " pour la sauvegarde des droits et intérêts du Jura " connu plus tard sous le nom de " Comité de Moutier ". Le 30 avril 1948, ce dernier adressa au Conseil Exécutif un mémoire qui servit de base de discussion à l’octroi de garanties ostnelles. (Rapport du C. exécutif sur les relations de l’Etat de BE avec la partie jurassienne du canton, janvier 1949).

Ses dificultés

Dans le Jura même, le travail constructif de ce comité devait cependant bientôt être gêné et rendu impossible par l’activité d’éléments extrémistes qui le 30.11.1947,à Moutier fondaient le mouvement séparatistes jurassien , " appelé plus tard RJ ". Ce mouvement a dès lors joué dans le Jura un rôle néfaste. Il a crée un véritable mythe jurassien lui-même ne s’y est pas trompé, dans 4 votations, en 1959 et 1962, a indubitablement mis le RJ en minorité.

Les 4 et 5.7.1959 : Initiative concernant l’organisation d’un vote consultatif dans le Jura

Courtelary, Moutier, Neuveville, Laufon

Non

Total :15'159 " oui "

16'355 " non "

Delémont, Fr. Montagnes, Porrentruy

Oui

Les 26 et 27.5.1962 

Initiatives séparatistes concernant la création d’un office de la circulation routière à Tavannes, la création d’une ferme-pilote aux Franches Montagnes et l’abolition du système des procurations dans l’exercice du droit de vote. LE Jura Sud et le Laufonnais emportent la majorité des " non ". Ces scrutins démontrent que la " question jurassienne "est en premier lieu l’expression des opinions divergentes dans le Jura même.

Au lieu de se soumettre démocratiquement à ces décisions, le mouvement séparatiste a accablé d’injures ses adversaires jurassiens et en a appelé à l’étranger. La validité du scrutin de 1959 a été contesté sous prétexte que les adversaires n’étaient pas de " vrais jurassiens ". On créait ainsi une catégorie du citoyen de second ordre. Une telle discrimination linguistique et radicale concernant un territoire situé depuis des siècles à la frontière des langues paraît particulièrement condamnable. On a ainsi semé peu à peu au sein des populations jurassiennes tant de discorde et de désunion, que souvent même les liens de famille et d’amitié furent rompus. Mais le côté le plus condamnable de l’activité séparatiste réside dans le fait que ce mouvement ait fanatisé des sympathisants irréfléchis qui finalement ont outrepassé les bornes de la décence et de la discussion démocratique. Des éléments mal conseillés ont usé de violence et n’ont plus vu dans l’adversaire politique un concitoyen respectable, mais uniquement et d’accord en cela avec la propagande séparatiste, un méprisable " profiteur ". Aucune explication, aussi habile fut-elle, ne libéra les porte-paroles de l’action séparatiste de leur part de responsabilité morale dans cette dangereuse évolution, ainsi que dans l’introduction de méthode terroristes dans le Jura.

[Accueil][Retour]

Famille Fesselet révisé le 12.08.2011