[Retour]

Notions Historiques depuis (1814)

1814

Le traité de Paris impose à la France le retour à ses anciennes frontières. Le Jura est confié à l’administration du baron d’Andlau qui cherche à en faire un canton suisse. A défaut de pouvoir rester Français, les Jurassiens sont favorables à l’entrée, mais sous la forme d’un canton libre, du Jura dans la Confédération.

1815

Vaud et Argovie échappent au canton de Berne. Le congrès de Vienne donne le Jura aux Bernois en compensation. Le ct. De Berne ne le voulait pas . Des " délégués jurassiens " signent un Acte de Réunion. Certains Jurassiens s’expatrient en France.

" La décision du Congrès de Vienne était contraire aux traditions historiques de l’Hélvétie. Elle était en contradiction avec les principes fondamentaux du fédéralismes. "( Francis Huguelet)

" Berne cherche à créer un courant de sympathie parmi la population jurassienne. Virgile Rossel n’est pas dupe et se écrire : Ce n’était pas 2 peuples qui avaient fraternisé, les nouveaux maîtres étaient allés à leurs sujets. " (Béguelin)

1830

Stockmar publie une proclamation demandant l’autonomie du Jura. Les communes jurasiennes refusent d’afficher une proclamation du Grand Conseil, rédigé en allemand.

1831

Stockmar, à la tête d’une troupe chasse les hommes du bailli de Delémont et Courrendlin. Sa tête est mise à prix, mais son mouvement, libéral et autonomiste, provoque que la chute du patriciat bernois.

1832

Les troupes bernoises occupent Vendlincourt.

1836

Des manifestations ont lieu dans le Jura à l’adoption des articles de Baden. La séparation est demandée. 3 préfets sont destitués d’autres se réfugient en France . Le Jura est occupé militairement par 12 bataillons.

1839

Les Jurassiens réclament le maintien de la législation française dans le Jura. Ils sont battus au Grand Conseil. Un mouvement séparatiste éclate. Les députés du Jura demandent l’autonomie, dans une pétition rédigée à Glovelier. Berne ne cède pas. Stockmar est révoqué et doit s’enfuir en France.

1850

Des troubles éclatent à nouveau dans le Jura Sud.

1863

L’agitation séparatiste reprend. Les députés du Jura quittent la salle du Grand Conseil en signe de protestation au sujet de la nouvelle loi sur les impôts.

1873

Le " kulturkampf " sévit dans le Jura : le gouvernement veut soumettre les Eglises et en faire des instruments de l’Etat, en s’inspirant des théories de Bismarck. Les troupes bernoises occupent le pays. Les prêtres catholiques sont proscrits. La persécution se poursuit jusqu’en 1875, à coups de lois brutales, d’interdictions, de mesures arbitraires. Une pétition jurasienne demande l’intervention de la Confédération qui, en novembre 75, ordonne aux autorités bernoises de cesser ces mesures " d’oppression ".

1893

La cst.bernoise est refusé dans le Jura.

1898

Les archives de l’ancienne Principauté jurasienne sont transférées à Berne.

1915

La première guerre mondiale favorise dans le Jura, les menées autonomistes et les sentiments francophiles.

1917

Lors d’une conférence à Genève, A. Ribeaud préconise la création d’un canton du Jura et publie une brochure d’introduction à cette question.

1919

Xavier Jobin pose la question jurassienne à au Conseil National en affirmant : " que le Jura n’a jamais accepté ce rattachement à Berne " et demande une révision de la Cst. Fédérale pour pouvoir créer un 23ème ct. Suisse.

1931

La grande crise économique qui dure plusieurs années frappe les ouvriers jurassiens.

1947

Grave incident au Gr. Conseil. Un député bernois s’oppose à ce que H.G. Moeckli, conseiller d’Etat jurassien, soit placé à la tête des travaux publics. Motif : "département trop important pour être confié à un conseiller de langue française. La Députation jurassienne demande réparation. Le Comité de Moutier se crée. (cf.plus loin)

1948

Le gouvernement de Berne repousse la revendication autonomiste du Comité de Moutier. Le 20 sept. , le Rassemblement Jurassien crée à Delémont la "" fête du peuple jurassien " pour commémorer la manifestation de l’année précédente. Cette fête, par la suite, a lieu à chaque début de septembre

1951

Le drapeau du Jura, portant la crosse rouge de l’ancienne Principauté, avait été crée par Pro Jura en 48. EN 51, les Jurassiens l’arborent partout.

1952

L’Union des Patriotes jurassiens (U.P.J) qui groupe les immigrés bernois et les personnes opposées à l’autonomie jurassienne, se crée à la suite d’une interpellation du député Grütter au gouvernement pour attirer son attention sur la dégradation de la situation dans le Jura.

1957

La lutte entre autonomistes jurassiens et régime bernois s’étend à tous les secteurs de la vie sociale.

1963

Le " F.L.J. " se crée (cf. plus loin)

1964

Le F.L.J. après avoir commis des actes scandaleux, tombe dans les filets de la police. Le 13 sept. 50 ‘000 personnes décident, à Delémont de boycotter l’Expo nationale suisse. Ces personnes manifestent en faveur de l’indépendance.

1965

La Députation jurassienne au Gr. Conseil demande, après avoir adopté un programme en 17 pts. , la création d’un territoire autonome jurassien, c’est-à-dire principalement la création d’un cercle électoral jurassien.

Le 21 mars anniversaire de la décision du Congrès de Vienne par laquelle en 1815 le Jura fut annexé au ct. De Berne " contre la volonté des ses habitants " des milliers de Jurassiens se réunissent à l’occasion de leur " deuil national " !

1965

Sur mandat de l’assemblée populaire , le RJ adresse un mémoire explicatif aux Etats signataires de l’Acte final du Congrès de Vienne, ( FR, GR-BR, Russie, Au, All.)

Le RJ reproche à la Conf. De n’avoir jamais rien fait, en 150 ans, pour résoudre le problème ethnique du Jura.

Famille Fesselet révisé le 11 août 2011