[Accueil]Retour]

Structures Sociales du Jura

La Réforme a divisé le Jura en deux parties égales. Les districts de Porrentruy , Delémont, Laufon et les Franches Montagne sont à majorité catholique, tandis que le Sud ( Moutier, Courtelary et la Neuveville) est protestant. Le district des Fr.Montagnes se caractérise par une stabilité de sa population depuis 100 ans. (dès 1815), à la suite du rattachement du Jura au ct. De Berne, la culture française est devenue minoritaire. L’assimilation des immigrés bernois en particulier, implique un appauvrissement de cette culture et un germanisme prononcé avec l’accent jurassien est souvent confondu avec un mot de patois. Celui-ci à complètement disparu dans le Sud du Jura. Seules l’Ajoie et les Fr.Montagnes restent fidèles à la tradition. (Sur le plan politique aussi chaque district diffère ; on dit volontiers que je Jurassien du Sud se soucie peu de la chose publique et que celui de Delémont s’y intéresse de temps en temps, surtout sur le plan communal. En revanche l’Ajoulot est un grand politicien.)

Agriculture ici, industrie là, forte population dans tel endroit, faible densité ailleurs, catholicisme dans le Nord, protestantisme dans le Sud. Langue française en majorité, langue allemande en minorité : voilà les traits caractéristiques des données géo-humaines du Jura. Ce qui manque au Jura pour affermir sont unité, c’est un pôle d’attraction dans le Jura lui-même. Porrentruy est un centre intellectuel, Delémont un nœud ferroviaires en plein essor industriel, Moutier et St.Imier de " grandes "cités industrielles. Laquelle de ces villes pourrait devenir un centre de ralliement , un point de jonction ? Certes le districts de Porrentruy est tourné vers la France, celui de Laufon vers Bâle, le vallon de St.Imier hésite entre La Chaux-de-Fonds et Bienne.

Il existe dans le Jura une commission sociale de l’ADIJ qui est une branche de l’Association pour la Défense des Intérêts du Jura. Son but est le suivant , " C’est un rôle d’information, d’encouragement et de stimulant. Les œuvres sociales , cantonales et communales existent dans les unes et les autres peuvent être comblées. " Visites d’établissement, aide financière, information, enquêtes, travail en équipe, invitations aux intéressés, rencontres d’intérêts communs, inventaires imposants de problèmes à aborder, des réalisations, tel est le travail accompli par la commission sociale de l’ADIJ depuis 20 ans.

Il existe également dans le Jura l’AJTS. ( Association Jurassienne des Travailleurs Sociaux.) Sont but :

L’AJT est affilée à l’ADIJ.

 

Jeannine Gisiger :

Coordination des services sociaux

[Accueil]Retour]

Famille Fesselet révisé le 12.08.2011