3ème Force : Sa Constitution à Moutier le 18.08.1969

 

Le mouvement de la 3ème force ne voulait ni séparatiste ni antiséparatiste. Il a vu le jour en juillet 69. C’est le mouvement pour l’unité du Jura.

Il est avant tout partisan d’un statut d’autonomie du Jura. Il était prévu qu’il exercerait sa médiation en vue de l’élaboration d’un statut du Jura dans le cadre du canton, d’une part entre les Jurassiens de toutes tendances, d’autre part entre le Jura et l’ancien canton. Les points principaux du statut devraient être soumis en votation populaire, aussi bien dans le Jura que dans l’ancien canton, avant tout plébiscite de séparation. Le statut d’autonomie devrait prévoir les réformes suivantes :

 

  1. Création du cercle électoral pour les élections au Conseil National et pour les élections au Conseil Exécutif.
  2. Réforme du système d’élection du conseiller aux Etats jurassien.
  3. Institution d’un C. jurassien élu par les citoyens du Jura, aux compétences consultatives et délibératives.
  4. Possibilité d’édicter, dans certains domaines, des lois, des parties de lois ou une réglementation particulière ne s’appliquant qu’au Jura.
  5. Elaboration d’un système permettant d’éviter la majoration du Jura par l’ancien canton, lors de révisions ostnelles touchant le Jura.
  6. Création d’un centre administratif dans le Jura.
  7. Création d’un centre culturel dans le Jura.

 

Ses 2 grands objectifs sont donc : unité du Jura et autonomie du Jura dans le cadre cantonal. La création d’un canton du Jura-Nord ( solution envisagée par les 4 sages ) semble provoquer une crainte terrible chez les défenseurs de l’unité : une telle solution équivaudrait à un " éclatement du Jura ", dont les conséquences seraient " catastrophiques ". Eviter cet éclatement est, pour la 3ème force, une raison suffisante de se méfier du plébiscite sur la séparation. Le but immédiat de la 3ème force est d’obtenir que le Gr. Conseil n’entre pas en matière ( en sept ) sur les dispositions ostnelles relatives au plébiscite. La 3ème force est en contradiction avec les rapport gouvernemental : le gouvernement peux élaborer lui-même le statut et le soumettre ensuite aux 4 sages, au Gr. Conseil, puis au peuple.

La 3ème force veut au contraire, que le statut soit élaboré par les Jurassiens de toutes tendances et seulement après avoir opté par le gouvernement et le Grand Conseil.

 

Plan de l’UPJ

  1. L’UPJ attende de l’Etat, du gouvernement, du peuple bernois le sens de la responsabilité. Elle pense que le problème jurassien doit concerner chaque citoyen du canton.
  2. L’UPJ ne souhaite pas que l’opinion publique se désintéresse de l’affaire, qu’elle s’en remette entièrement à des médiateurs. Le problème est aussi psychologique et sa solution serait entièrement acquise par des contacts humains entre gens de langues et de régions différentes.
  3. Le parti réclame un esprit de justice de la part des médiateurs.
  4. L’UPJ désire que le règlement de l’affaire soit l’expression de la volonté de tous les citoyens résidant dans les 7 districts jurassiens.

Plan du RJ.

  1. Le RJ propose qu’autour de Mr. Petitpierre se crée une commission de médiation ayant pour tâche d’engager des pourparlers et de préparer le règlement de la Question jurassienne.
  2. Cette commission, outre Mr. Petitpierre, comprend 3 représentants de langue allemande et des Grisons, 2 des cantons de langue française et un du Tessin. Les personnes ainsi choisies doivent être agrée par les autorités bernoises, d’une part et le RJ d’autre part.
  3. Les médiateurs ne reçoivent pas de consignes et doivent être parfaitement libres à l’égard des pouvoirs constitués. Une fois désignée, la Commission ouvrira des pourparlers entre les partis en cause pour établir la marche à suivre et les règles à observer en cours de négociation.
  4. Les voies et moyens devant permettre aux Jurassiens de s’autodéterminer constituent le premier objet de la négociation.
  5. L’exécution du plan unilatéral du Gouvernement bernois sera suspendue, sauf pour les points immédiatement réalisables qui seraient admis en cours de négociation.
 

Extraits des journaux, Le Jurassien et du Journal du Jura , Oct. Nov. 1969

Famille Fesselet Révisé le 18.08.2011